Ville de Laval

    Artistes et thématique

    Dans le cadre de cette édition 2021 du Projet Zoom Art, 11 artistes d’art actuel ont été invité à présenter 30 images de leurs œuvres teintées de réalisme magique. Allez à leur rencontre. Ici, tout est possible. Bon voyage !

    Carte du parcours, 496 ko

    Thème de l'édition 2021

    Artistes

    Thème de l'édition 2021 - Le réalisme magique : invitation à la fuite du réel, à la rêverie

    Vers 1925, l'historien de l'art allemand Franz Roh introduit le concept de réalisme magique. Avec ce terme, il a décrit comment certaines œuvres en arts visuels représentent des éléments « irrationnels, magiques ou surnaturels » comme si ceux-ci étaient réels. Les artistes qui utilisent ces stratégies insèrent ainsi un peu de magie dans notre vie de tous les jours. 

    Selon différentes études en psychologie, la fuite dans l’imaginaire peut être un mécanisme de défense efficace dans le cas où les personnes vivent un trauma. Cette fuite du réel offre une sorte de pause aux effets de ressourcement qui permet ensuite d’affronter le réel à nouveau. Cette pratique facilite la résilience et la protection de soi. Actuellement, en contexte pandémique, la société entière est en situation de potentiel trauma : les fabulations intérieures et les rêveries n’ont donc jamais été aussi utiles à l’équilibre psychique. 

    Devant cet ennemi invisible qui s’immisce actuellement partout dans notre quotidien, qui le perturbe et qui nous vole une partie de notre vie, nous avons eu l’idée d’offrir une pause mentale aux citoyens de Laval. Pour ce faire, nous avons sélectionné des œuvres qui s’inscrivent dans l’esthétique du réalisme magique. Il s’agit d’un courant esthétique qui touche petits et grands et qui ne nécessite que peu de connaissances préalables pour accéder à ses effets. L’objectif est d’inviter à l’évasion et à la rêverie, et les œuvres choisies le sont pour leur potentiel d’évocation et d’étrangeté. Elles offrent une forme de fuite assumée du difficile quotidien vers un ailleurs fantasmé et magique. Ici, il y a une invitation à un retour à l’enfance, où tout était possible : s’envoler, rétrécir, devenir un être de lumière, parler aux animaux, se déplacer dans le temps, etc. 

    Cette année, le Projet se déploie au centre-ville avec les possibilités des supports publicitaires, soit l’abribus, le lumiquai en tant que boîte lumineuse géante, le panneau d’affichage en bordure de grands boulevards et l’affichage mural surdimensionné permettant l’effet immersif. Avec Zoom Art, on utilise donc les supports, les outils et les stratégies de la publicité, mais dans le but de « vendre » tout autre chose.

    Retour à la liste

    BGL

    Jasmin Bilodeau, Sébastien Giguère et Nicolas Laverdière (BGL) composent l’un des collectifs artistiques les plus explosifs du Québec. Leurs œuvres pleines d’humour s’inspirent de la culture populaire, du folklore et de l’architecture. Se présentant comme des « installateurs-bricoleurs » ou encore des « mini architectes du dimanche », ils souhaitent attirer l’attention sur des enjeux sociaux et politiques par des œuvres qui mettent en scène des objets hors contexte. Ici, le plafond suspendu est déplacé en des lieux impropres au travail bureautique, forêt ou ruelle, lieux que cette téléportation nous force à reconsidérer autrement.

    Site Internet de BGL​​
    @bgl_art


    Domaine de l'angle I, 2005

    Photographie de l'installation à l'érablière La Maria, Saint-Michel de Bellechasse Québec pour l'album la forêt des mal-aimés de Pierre Lapointe.


    Domaine de l'angle II, 2008

    Photographie de l'installation dans une ruelle de Toronto pour la Nuit Blanche de 2008

    Crédit photo : Toni Hafkenscheid

    Retour à la liste

    Manon De Pauw

    Ancienne étudiante du Collège Montmorency, Manon De Pauw enseigne aujourd’hui les arts visuels et médiatiques à l’UQAM, où elle a fondé le Labo Lumière. Ses projets se situent entre les arts visuels et les arts de la scène. L’artiste fait vivre ses sculptures de papier en invitant des interprètes à les déplacer et à les animer par des éclairages colorés. Leurs gestes performatifs ont pour effet de déjouer nos perceptions et de créer des intrigues visuelles. Ici, dans leurs cocons fragiles et lumineux, les personnages semblent provenir d’un monde parallèle.

    Site Internet de Manon De Pauw​​


    Cocons somatiques, 2017

    Photographie d'une performance en collaboration avec Pierre-Marc Ouellette

    Crédit photo : Sara A. Tremblay

    Tête lumineuse no. 3, 2017
    Photographie numérique

    Crédit photo : Manon De Pauw


    Retour à la liste

    Claudie Gagnon

    Issues des arts visuels et scéniques, les œuvres de Claudie Gagnon suscitent enchantement et malaise. L’artiste crée des « théâtres photographiques » en choisissant avec minutie les décors et les accessoires dans lesquels elle plonge ses personnages, joués par des comédiens et des comédiennes. C’est dans ce contexte et par des jeux scéniques qu’elle arrive à fixer des moments d’émotion et d’étrangeté. Magicienne des contrastes, créatrice d’univers merveilleux, elle travaille également avec délicatesse les effets lumineux pour fabriquer des êtres de lumière. Ses images poétiques s’offrent comme des rêves nostalgiques – à nous d’y plonger !



    Papillons, soucis et allergies, 2018

    Matériaux mixtes : Photographie numérique, impression jet d'encre sur papier RAG, peinture et vernis acrylique, poudre d'or, collage

    Dimension : 91,4 x 51,4 cm

    Crédit photo : Claudie Gagnon

    Fille lampe, 2014 

    Photographie numérique, impression jet d’encre sur papier RAG Dimension : 90,4 x 60,9 cm 

    Crédit photo : Claudie Gagnon

    Retour à la liste

    Moridja Kitenge Banza

    Globetrotteur, Moridja Kitengen Benza a étudié à Kinshasa (Congo) et à Nantes (France) avant de choisir de s’installer au Québec. Photographié dans la cour arrière de sa maison, il se met en scène dans un décor où cultures, croyances et temporalités sont fusionnées. Cachant la clôture de maille, le tissu africain de wax vert et le tableau du Christ portant un masque africain encadrent l’artiste, saisi dans une pose protocolaire. Cette œuvre invite à redéfinir la notion d’authenticité, souvent associée à une culture des origines. Ici, on propose une authenticité contemporaine qui intègre la mixité des influences culturelles.

    Site Internet de Moridja Kitenge Banza​​
    @moridjakitenge



    Authentique no1, 2017

    Impression archive au jet d’encre sur papier 

    Dimension : 137 x 99 cm

    Crédit photo : Moridja Kitenge Banza et Galerie Hugues Charbonneau

    Authentique no2, 2019 

    Impression archive au jet d’encre sur papier 

    Dimension : 137 x 99 cm

    Crédit photo : Moridja Kitenge Banza et Galerie Hugues Charbonneau

    Retour à la liste

    Véronique La Perrière M.

    Établie dans les Laurentides, Véronique La Perrière M. souhaite par ses œuvres « témoigner de la fragilité et du mystère de l’existence ». Ses dessins montrent des transformations, qu’elle crée à l’aide de combinaisons impossibles entre les éléments représentés. La stratégie, qui fonctionne grâce à la finesse de son dessin et à l’absence de couleur, produit de merveilleux contes visuels. C’est en reprenant les mythes de la métamorphose qu’elle suggère l’idée du passage, du rêve et du réenchantement. Ses œuvres évoquent la résilience.

    Site Internet de Véronique La Perrière M. ​​
    @veroniquelpm



    L'arbre se souvient, 2019

    Fusain sur papier
    Dimension : 55,88 x 72,2 cm

    Crédit photo : Véronique La Perrière M.

    Le jour, le soleil, la nuit, l'abyme, les étoiles, 2019 

    Fusain sur papier
    Dimension : 55,88 x 72,2 cm

    Crédit photo : Véronique La Perrière M.


    Le motif de mes rêves (racine-miroir), 2018

    Fusain sur papier
    Dimension : 114,3 x 146,05 cm

    Crédit photo : Véronique La Perrière M.


    My unknown memories, 2018

    Fusain sur papier
    Dimension : 115,57 x 147,32 cm

    Crédit photo : Véronique La Perrière M.

    Retour à la liste

    Manuel Mathieu

    Né en Haïti, Manuel Mathieu réalise des œuvres qui s’inspirent de la culture haïtienne. Il utilise la stratégie du contraste pour donner corps à ses réflexions sur l’avenir. Dans cette œuvre, il se représente en Haïti, portant une tête de poupée vaudoue surdimensionnée. Cette série de photographies forme une quête identitaire et une étonnante parodie. En effet, l’artiste, en incarnant sa propre poupée vaudoue, devient à la fois l’objet magique et le sujet des enchantements de celui-ci. Manuel Mathieu suggère ainsi symboliquement l’importance de s’approprier tous les pouvoirs sur son corps et sa destinée.

    Site Internet de Manuel Mathieu​​
    @Manuelmathieu


    Canapé Vert, 2013

    Photographie

    Crédit photo : Josué Azor


    Marché, 2013

    Photographie

    Crédit photo : Josué Azor


    Up North no1, 2013

    Photographie

    Crédit photo : Manuel Mathieu


    Up North no2, 2013

    Photographie

    Crédit photo : Manuel Mathieu

    Retour à la liste

    Aude Moreau

    Grâce à sa double formation en scénographie et en arts visuels, Aude Moreau réalise des œuvres qui métamorphosent – littéralement – l’espace. Dans ce projet, l’artiste a peint les murs d’une galerie en rouge. Ensuite, jour après jour, elle a retiré des fragments de peinture rouge avec un couteau. Ces retraits sont devenus un dessin blanc en continuelle transformation. Elle a photographié son projet au fur et à mesure, afin de conserver les traces visuelles de son évolution. Pour elle, « défaire, c’est faire, et faire, c’est défaire » – et son œuvre est une manifestation tangible de cette affirmation philosophique.


    Le Fil d'Ariane, 2000

    Impression numérique

    Crédit photo : Aude Moreau


    Retour à la liste

    Francis O’Shaughnessy

    Originaire de Québec, Francis O’Shaughnessy est un photographe qui s’intéresse au portrait dans le paysage. C’est au cœur d’une mine désaffectée, à Sainte-Marie-aux-Mines, en Alsace (France), qu’il a réalisé ces photographies. Il s’y est installé avec des étudiantes et des étudiants de l’endroit afin de créer des mises en scène étranges. Cette utilisation inusitée du paysage souterrain, fort éloignée de l’histoire et de la vocation de la mine, nous incite à imaginer un monde parallèle. Avec Francis O’Shaughnessy, nous surprenons les personnages en flagrant délit, un peu comme si on visitait avec lui, en secret, les galeries de cette mine mystérieuse.

    Site Internet de Francis O’Shaughnessy​​



    Sans titre, 2013

    Photographie numérique 
    Dimension : 60,96 x 91,44 cm

    Crédit photo : Francis O'Shaughnessy

    Sans titre, 2013 

    Photographie numérique 
    Dimension : 60,96 x 91,44 cm

    Crédit photo : Francis O'Shaughnessy



    Sans titre, 2013

    Photographie numérique 
    Dimension : 60,96 x 91,44 cm

    Crédit photo : Francis O'Shaughnessy

    Sans titre, 2013 

    Photographie numérique 
    Dimension : 60,96 x 91,44 cm

    Crédit photo : Francis O'Shaughnessy

    Retour à la liste

    Karine Payette

    Originaire de Laval, Karine Payette réalise des sculptures et des photographies qui suscitent attraction et inconfort. Elle se questionne sur la relation entre l’être humain et les autres espèces dans des œuvres qui semblent raconter des histoires. Cette série présente des portraits photographiques d’animaux domestiques avec leur maiître ou leur maîitresse. Au second regard, on remarque une étonnante contamination visuelle entre la peau humaine et le pelage, les plumes ou les écailles de ces animaux. Cette hybridité imaginée, humain-animal, est une représentation inversée de l’emprise humaine sur la faune et la nature.

    Site Internet de Karine Payette​​
    @karinepayette


    Entre nous I, 2016

    Impression numérique
    Dimension : 61 x 91,5 cm

    Crédit photo : Karine Payette


    Entre nous III, 2016

    Impression numérique
    Dimension : 61 x 91,5 cm

    Crédit photo : Karine Payette


    Entre nous V, 2016

    Impression numérique
    Dimension : 61 x 91,5 cm

    Crédit photo : Karine Payette


    Retour à la liste

    Samuel Roy-Bois

    Originaire de Québec, Samuel Roy-Bois réside à Kelowna, où il enseigne les arts visuels à l’Université de la Colombie-Britannique. Il réalise des sculptures éphémères à partir d’objets du quotidien, qu’il assemble et photographie ensuite. Ici, il utilise l’escabeau de façon inusitée, le déplaçant dans des espaces naturels pour le détourner de son usage conventionnel. Ce faisant, il crée des jeux visuels, sorte de moments magiques où l’équilibre impossible d’un escabeau à bottes devient possible, et où deux escabeaux rouges sont présentés comme une réflexion illusoire de l’un de l’autre.

    Site Internet de Samuel Roy-Bois​​
    @roybois



    The Origin of the Family, Private Property, and the State (ladder and boots), 2016

    Photographie, épreuve à développement chromogène

    Crédit photo : Samuel Roy-Bois

    Sovereign (two ladders), 2019 

    Photographie, épreuve à développement chromogène

    Crédit photo : Samuel Roy-Bois

    Retour à la liste

    Véronique Sunatori

    Véronique Sunatori est originaire du Québec et vit actuellement à Toronto, où elle a étudié en arts visuels. De culture nord-américaine et japonaise, elle puise dans son hybridité culturelle pour réaliser ses œuvres. Ses sculptures surréalistes sont faites d’associations poétiques et évocatrices. C’est ainsi qu’elle imagine des lunes qui tombent du ciel et s’échouent sur les marches d’un escalier, ou encore des objets hybrides tels que des globes terrestres amoureux ou une loupe embrumée par les nuages qu’elle révèle. Elle partage avec nous des occasions d’évasion et de ressourcement en matérialisant ses expériences introspectives en objets fabuleux.

    Site Internet de Véronique Sunatori ​​
    @vero.suna



    Blame It on the Moon (on view for Moonshow at Hearth Garage), 2021

    Fusain sur papier
    Dimension : 55,88 x 72,2 cm

    Crédit photo : Véronique Sunatori

    Maybe the Light Will Save Us, 2014 

    Manche de loupe, plexiglass gravé au laser
    Dimension : 10,16 x 22,86 x 1,27 cm

    Crédit photo : Véronique Sunatori


    Blame It on the Moon, 2018

    Sérigraphie sur tissu réfléchissant
    Dimension : 91,44 x 91,44 cm

    Crédit photo : Véronique Sunatori


    Kiss Kiss, Say Goodbye, 2015

    Globes terrestres, coller
    Dimension : 45,72 x 58,42 x 30,48 cm

    Crédit photo : Véronique Sunatori

    Retour à la liste


     Pour plus d'information

    ​Division art et culture
    1395, boulevard de la Concorde Ouest
    Laval (Québec)  H7N 5W1

    Métro Montmorency

    ​450 978-6888, poste 4429

    Cou​rriel